Bernard FERRU et Eugénie BONTEMPS Ostéopathes D.O. / Formateurs
www.osteopathie-bf.com Copyright 2004/2019
Humour - Savez-vous quelle différence il y a entre Dieu et un Ostéopathe?... - Et bien seul Dieu ne se prend pas pour un Ostéopathe... - Je crois que certains de mes collègues pourraient méditer sur la leçon à tirer de cette petite devinette, car pour moi la "Compétence" est inversement proportionnelle à la "Suffisance" et "l’Humilité" devrait être la seule qualité d’un "bon professionnel" fusse-t-il Ostéopathe.
Commentaires à propos de la Profession d'Ostéopathe... - La Médecine Ostéopathique est à la fois ancienne, car elle trouve ses fondements au XIXéme sciècle, mais aussi très récente en Europe et surtout en France, car elle n'existe très officiellement que depuis la promulgation du texte de loi de février 2002. Le décret d'application de cette loi n'est paru au journal officiel que le 27 mars 2007. La longueur de cette gestation n'est que le reflet des luttes des différents lobbies d'influence qui se sont efforcés de contrecarrer l'avènement officiel d'une médecine qui manifestement dérange (preuve quelque part de son efficacité). Dans toutes ces luttes de corporatisme forcené on peut constater que l'intérêt premier, qui est celui des patients, a été complètement mis de côté. Malheureusement le décret d'application de la profession peut-être qualifié pour le moins d’insatisfaisant. Il délimite la durée de formation à 3 années après le BAC ce qui est pour tout professionnel ostéopathe qui se respecte plus que largement insuffisant pour assurer une formation minimale correcte pouvant garantir la sécurité des patients.... Car c'est bien dans un 1er temps la chose la plus importante. "Primum non nocere" (en premier lieu ne pas nuire). L'efficacité de la pratique est secondaire mais aussi terriblement importante si l'on ne veut pas dénigrer cette formidable médecine. Il faut garder à l'esprit que la médecine Ostéopathique, comme toutes les différentes médecines, n'est pas une médecine universelle. Elle demande cependant des connaissances de bases fondamentales que les 6 années de formation à temps complet jusqu'alors dispensées permettaient d'acquérir. Elles suffisent tout juste à maîtriser les techniques ostéopathiques essentielles pour pouvoir les mettre en œuvre en toute sécurité. L'ostéopathe diplômé doit cependant acquérir d'autres connaissances et techniques spécifiques, au cours de formations post graduate, s'il veut en permanence améliorer et parfaire son efficacité.
Si l'on voulait calquer une image pouvant résumer les conséquences du décret à la réalité des choses on pourrait dire que la formation d'un ostéopathe en 3 ans, que ce dernier impose, correspondrait à vouloir faire piloter un 747 d'air France à quelqu'un qui vient juste d'obtenir son brevet de pilote d'avion de tourisme. De plus la médecine Ostéopathique, qui est une médecine holistique (c'est à dire qui intègre le patient dans son ensemble), se voit "amputée", pour les diplômés en Ostéopathie non titulaires d'un diplôme médical ou paramédical, de l'approche de la sphère pelvienne féminine (avec interdiction d'enseignement de cette zone dans les collèges d'Ostéopathie). Seule l'interdiction dans ce domaine des manœuvres obstétricales me semble pleinement justifiée car elle demande une formation très spécifique complexe et ultra sécuritaire. Le reste me parait être une hérésie Ostéopathique issue peut-être des tabous socio-culturels ou d'une protection d'un domaine réservé. La médecine ostéopathique tient pourtant une place essentielle en gynécologie car elle propose à ce niveau des moyens d'intervention qui lui sont spécifiques et qu'aucune autre médecine ne peut palier. A l'heure actuelle, pour rester concret, il faut savoir que le titre d'Ostéopathe accompagné du label D.O. (Diplômé en Ostéopathie) garanti au patient que le praticien à suivit avec succès un cursus qui lui a permis d'obtenir un diplôme (Masters 2). Ce titre (Ostéopathe D.O.) est reconnu par les instances professionnelles représentatives de la médecine Ostéopathique Françaises et Européennes. A noter que le D.O. obtenu au Royaume-Unis, en Belgique, au États-Unis, au Portugal ou en Suisse aura la même valeur que celui obtenu en France. A l'heure actuelle le Sécurité Sociale ne rembourse pas les actes de Médecine Ostéopathique, mais de plus en plus de mutuelles commencent à rembourser tout ou partie de ces actes. (voir la page mutuelles)
“ Le mouvement est la vie...” A.T.STILL
REGLEMENTATION
Mis à jour le 10 novembre 2019