Bernard FERRU et Eugénie BONTEMPS Ostéopathes D.O. / Formateurs
www.osteopathie-bf.com Copyright 2004/2018
La sphère génitale de la Femme est une région du corps très spécifique. Elle représente en quelque sorte le "Nid" de l'HOMME. Gustave Courbet en a d’ailleurs fait un très joli tableau exposé au Musée du Louvre de Paris qu’il a intitulé "l'origine du Monde". Cette partie du corps est pourtant une zone que les Femmes ont souvent bien du mal à appréhender. Elle   est   en   fait   le   lieu   de   projection   de   tabous,   d’interdits   et   d’inhibitions   qui   sont   les   héritages   des   empreintes   sociaux-culturelles   diverses   et   variées qui ont modelé l’évolution de l’Humanité. Beaucoup de Femmes ressentent un certain malaise physique et psychologique à l’approche de la sphère génitale. Réussir à en parler est déjà bien souvent pour certaines une gageure. Ce   comportement   est   sûrement   la   résultante   d’une   mauvaise   prise   de   conscience   de   cette   partie   du   corps,   parce   qu’elle   est   souvent   considérée comme sale, qu’elle est peu accessible à la vue et qu’elle est trop souvent le motif de railleries ou de moqueries de la part des Hommes. C’est aussi la matérialisation de la symbolique du "fruit défendu" et du "pêché originel". Il   faut   cependant   noter   que   cette   sphère   est   reliée   par   des   moyens   de   communication   très   puissants   (hormonaux   et   neurologiques)   avec   le   cerveau féminin. Elle en est un peu la traduction matérielle et concrète de celui-ci. C’est   pourquoi   tous   les   praticiens   du   monde   médicale   peuvent   être   appelés   à   "soigner"   cette   région   pelvienne.   Beaucoup   cependant   ressentent   aussi à son approche un certain "malaise" qui n’est que la résultante de leur éducation ou de leur vécu. Il faut noter que les patientes ressentent inconsciemment très vite cet état de fait et cela ne favorise pas leur mise en confiance. La   médecine   ostéopathique   a   la   particularité   d’être   holistique   (prise   en   charge   intégrale   du   patient),   comme   quelques   autres      (acupuncture, homéopathie,   étiopathie,   chiropraxie,   phytothérapie,etc...),   et   tous   les   praticiens   ostéopathes   doivent   être   capables   de   mettre   en   pratique   les connaissances   et   les   techniques   qui   leurs   ont   été   enseignées   au   cours   du   cursus   classique   qu’ils   ont   acquis   pendant   leurs   études   et   dans   le   respect des réglementations en vigueur dans chaque pays . Ne   pas   pouvoir   les   mettre   en   pratique   c’est   tourner   le   dos   au   concept   ostéopathique   et   ignorer   une   très   importante   région   du   corps   dont   les dysfonctions peuvent entraîner d’importants déséquilibres de fonctionnement et favoriser l’apparition de nombreux symptômes cliniques. Il    est    quelquefois    difficile    de    pouvoir    bien    faire    et    de    respecter    le    concept    de    l’holistisme    propre    à    la    médecine    ostéopathique    quand    les réglementations codifient de manière restrictive l’approche pelvienne...
“ Le mouvement est la vie...” A.T.STILL
REPRODUCTION
Mis à jour le 21 mai 2018